Kinoglaz

 

Agenda

- Dernières infos

Sur les écrans

Festivals

 

Films

DVD

- Films en ligne

Personnes

Articles

Production

Histoire

Conférences et séminaires


Bibliographie


Événements en cours

 

Prix

Box office

 

Statistiques

 

Partenariats

 

Plan du site

Liens

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Autres 
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
Sergueï BONDARTCHOUK
Сергей БОНДАРЧУК
Sergey BONDARCHUK
 
Russie / Italie, 1992, 364 mn 
Couleur, série TV

Le Don paisible

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Тихий Дон

 

 And Quiet Flows the Don

 Tikhiy Don


 
Réalisation : Sergueï BONDARTCHOUK (Сергей БОНДАРЧУК)
Scénario : Sergueï BONDARTCHOUK (Сергей БОНДАРЧУК)
 
Interprétation
Natalia ANDREITCHENKO (Наталья АНДРЕЙЧЕНКО)
Alena BONDARTCHOUK (Алена БОНДАРЧУК)
Sergueï BONDARTCHOUK (Сергей БОНДАРЧУК)
Boris CHTCHERBAKOV (Борис ЩЕРБАКОВ)
Vladimir GOSTIOUKHINE (Владимир ГОСТЮХИН)
Alexandre JARKOV (Александр ЖАРКОВ)
Nikolaï KARATCHENTSOV (Николай КАРАЧЕНЦОВ)
Andreï ROUDENSKI (Андрей РУДЕНСКИЙ)
Irina SKOBTSEVA (Ирина СКОБЦЕВА)
Mikhaïl VASKOV (Михаил ВАСЬКОВ)
 
Autres personnes :
Television director : Fedor BONDARCHUK
Screenplay : Nicola BADALUCCO, Robert BALCHUS
Cinematography : Daniele NANNUZZI
Music : Luis Enríquez-BACALOV
Cast : Rupert EVERETT, Delphine FOREST, F. Murray ABRAHAM, Ben GAZZARA, Lorenzo AMATO
Date de sortie en Russie : 07/11/2006
 
Site : www.kino-teatr.ru/don

Synopsis
L’action se déroule entre 1912 et 1922 chez les Cosaques du Don. La famille des Mélikhov vit dans le village de Tatarski. Elle comprend Pantélieï, le père, ses fils Grigori et Piotr, les épouses de ces derniers, Natalia et Daria. Leur vie était paisible mais la première guerre mondiale, la Révolution, puis la Guerre civile, vont bouleverser des habitudes et traditions ancestrales que rien ne semblait pouvoir perturber. Dans le village, toutes les classes son représentées depuis les gros propriétaires jusqu’aux petits employés. Les passions et rancunes s’exacerbent, la violence s’exprime aussi bien dans les combats face à l’ennemi que dans les règlements de compte. Korchounov, le koulak, est fusillé par les Rouges, son employé devient un bolchevik enthousiaste qui veut venger les pauvres en exterminant les riches. Grigori dédaigne son épouse, la bonne et douce Natalia qui est la fille de Korchounov. Il est passionnément amoureux de l’intrépide Aksinia qui est toujours prête à le suivre partout. C’est un homme fier et courageux : il n’hésite pas à risquer sa vie contre l’ennemi allemand en 1914. Plus tard il prend la tête d’un escadron contre l’Armée rouge avant de s’allier à celle-ci contre les Polonais. Attaché à la terre cosaque, Grigori refuse aussi bien le pouvoir soviétique que le retour à l’ordre ancien. Pour préserver la fierté des Cosaques il s’entoure d’une bande de compagnons bien décidés à se battre. Pour avoir aidé les contre-révolutionnaires, il est traqué et sa famille est décimée. Aksinia est tuée à ses côtés, ses compagnons d’armes encore vivants sont dispersés. Grigori revient au village où il se retrouve seul avec son jeune fils Michatka. La révolution a triomphé.
 

Commentaires et bibliographie
 
Suite à un conflit entre le réalisateur et le producteur italien, le film n'est pas sorti aussitôt sa réalisation. C'est seulement en 2006 que le fils du réalisateur, Fiodor Bondartchouk a été autorisé à le diffuser à la télévision russe.


Vos remarques