Kinoglaz

 

Agenda

- Dernières infos

Sur les écrans

Festivals

 

Films

DVD

- Films en ligne

Personnes

Articles

Production

Histoire

Conférences et séminaires


Bibliographie


Événements en cours

 

Prix

Box office

 

Statistiques

 

Partenariats

 

Plan du site

Liens

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Autres 
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
Vladimir MAIAKOVSKI
Владимир МАЯКОВСКИЙ
Vladimir MAIAKOVSKY
Evgueni SLAVINSKI
Евгений СЛАВИНСКИЙ
Yevgeni SLAVINSKY
 
Russie, 1918, 30 mn 
Noir et blanc, muet, fiction

La Demoiselle et le voyou

L'Institutrice et le hooligan / La Demoiselle et le hooligan

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Барышня и хулиган

 

 Baryshnya i khuligan

 Baryshnya i khuligan


 
Réalisation : Vladimir MAIAKOVSKI (Владимир МАЯКОВСКИЙ), Evgueni SLAVINSKI (Евгений СЛАВИНСКИЙ)
Scénario : Vladimir MAIAKOVSKI (Владимир МАЯКОВСКИЙ)
D'après le récit de Edmondo de Amicis, L’institutrice des ouvriers
 
Interprétation
Fiodor DOUNAEV (Федор ДУНАЕВ) ...Le directeur d'école
Vladimir MAIAKOVSKI (Владимир МАЯКОВСКИЙ) ...Le voyou
Aleksandra REBIKOVA (Александра РЕБИКОВА) ...L'institutrice
 
Images : Evgueni SLAVINSKI (Евгений СЛАВИНСКИЙ)
Décors : Vladimir EGOROV (Владимир ЕГОРОВ)
Production : Neptune
Restauration : 1972
Date de sortie en Russie : 05/1918
 

Synopsis
Une jeune enseignante prend son poste dans une école populaire. Les recommandations du directeur et les bavardages de ses collègues sont de nature à l’inquiéter. A juste titre : on lui confie une classe d’hommes et de vieillards indisciplinés et querelleurs. L’un d’eux, un jeune voyou, connu pour se livrer à des violences sur les gens du quartier, tombe amoureux de l’institutrice. Il lui rend un devoir sur lequel il a écrit : « Madame, je vous aime. Permettez-moi de vous embrasser. » La jeune fille avertit le directeur, mais le voyou continue à la harceler : ivre, il cherche à s’introduire chez elle ; un autre jour, il l’attire près de chez lui et tente de l’embrasser. L’institutrice désespérée est alors secourue par l’un des élèves les plus âgés de sa classe. Il se bat avec le jeune délinquant ; les autres élèves viennent en renfort et le rouent de coups. La jeune fille se précipite alors à son chevet, le réconforte dans une étreinte. Le jeune homme meurt en embrassant le crucifix.
 

Commentaires et bibliographie
Les origines du cinéma soviétique : un regard neuf, Myriam TSIKOUNAS, Cerf, 1992
 
Maïakovski transforma le récit d’E. de Amicis, L’institutrice des ouvriers en scénario du film La Demoiselle et le voyou. Il s’efforça de surmonter la sentimentalité de l’histoire d’amour de la demoiselle et du hooligan, qui avait pris parti pour défendre son honneur et était mort dans une rixe d’un coup de couteau. Maïakovski, comme il l’avait fait dans Pas né pour l’argent, transposa le sujet en Russie et montra un jeune ouvrier, insatisfait de la vie qui l’entoure, plein d’un amour frais et entier pour une institutrice.
S.I.Freilich, Essai sur l’histoire du cinéma soviétique

La Demoiselle et le voyou, le second film de Maïakovski, fut écrit en avril 1918 et tourné en moins de deux semaines. Il était dirigé et photographié par Evgueni Slavinski, avec A.V.Rebikova tenant le rôle de l’héroïne face à Maïakovski. Le film fut considéré à l’époque comme étant très révolutionnaire et eut une considérable diffusion. Ce fut l’un des films programmés pour les projections en plein air du 1er mai 1919 à Moscou, et c’est peut-être la circonstance à laquelle on doit sa préservation. Deux critiques français qui l’ont vu récemment -Georges Sadoul et Henri Langlois- en parlent davantage comme d’une relique curieuse que comme d’un film important.
Jay Leyda, Kino, histoire du cinéma russe et soviétique

Sélections dans les festivals :
- Festival Univerciné Russe de Nantes, Nantes (France), 2006


Vos remarques