Kinoglaz

 

Agenda

- Dernières infos

Sur les écrans

Festivals

 

Films

DVD

- Films en ligne

Personnes

Articles

Production

Histoire

Conférences et séminaires


Bibliographie


Événements en cours

 

Prix

Box office

 

Statistiques

 

Partenariats

 

Plan du site

Liens

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Autres 
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
Dziga VERTOV
Дзига ВЕРТОВ
Dziga VERTOV
 
URSS, 1934, 60 mn 
Noir et blanc, documentaire

Trois chants sur Lénine

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Три песни о Ленине

 

 Three Songs About Lenin

 tri pesni o lenine


 
Réalisation : Dziga VERTOV (Дзига ВЕРТОВ)
Images : Marc MAGUIDSON (Марк МАГИДСОН), Boris MONASTYRSKI (Борис МОНАСТЫРСКИЙ), Dmitri SOURENSKI (Дмитрий СУРЕНСКИЙ)
Musique : Youri CHAPORINE (Юрий ШАПОРИН)
Montage : Elizaveta SVILOVA (Елизавета СВИЛОВА)
Date de sortie en Russie : 23/07/1934
 

A noter :
Il existe une version muette et une version sonore de ce film.

DVD avec sous-titres
Editeur : Image Entertainment.
En coffret avec Ciné-oeil (Киноглаз), 1924
Editeur : Bach Films.
En bonus du film Un brave garçon / Ceux de Novgorod (Славный малый / новгородцы), 1942

Synopsis
Ce film célèbre le dixième anniversaire de la mort de Lénine. Le film tourné à travers l’Union soviétique, jusqu’en Asie centrale, montre des témoignages sur la vie dans le pays et des documents d’archives.
 

Commentaires et bibliographie
 
Le film eut beaucoup de succès à l’étranger mais un succès bref en URSS. On reprochait au réalisateur de glorifier, non l’actuel chef de l’État, mais son illustre prédécesseur. Vertov devra par la suite modifier son film et en particulier supprimer les plans où apparaissaient les victimes de la répression stalinienne. Il semble que la version originale soit perdue.

« Dès 1934, avec Les Trois chants sur Lénine, Vertov avait, consciemment ou non, su prendre le tournant et amorcer le « culte de la personnalité » de Staline. L’hommage rendu à Lénine sentait lui-même quelque peu le soufre de l’idéalisme perdu, mais dix ans écoulés depuis la mort du premier chef de l’état soviétique diminuaient, du moins en apparence, l’aspect religieux, métaphysique de ce rituel commémoratif, combiné d’ailleurs avec d’admirables et bouleversantes images arrachées au réel vécu populaire. Le montage retenant les représentations de Staline (images lumineuses, etc.) signifiait bien à l’inverse que le culte du chef était entré dans la pratique active, dans la politique délibérée de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Et, sous l’autorité politique, morale (ou amorale) du chef en question. »
Albert Cervoni Le cinéma russe et soviétique Centre Georges Pompidou, 1982

Sélections dans les festivals :
- Festival du film de Sarlat, Sarlat (France), 2009
- Europalia Russia 2005, Bruxelles (Belgique), 2005
- Gels et dégels, une autre histoire du cinéma soviétique (1926-1968), Paris (France), 2002
- Festival du film de Locarno, Locarno (Suisse), 2000

Images et vidéos
 
 


Vos remarques