Kinoglaz

 

Agenda

- Dernières infos

Sur les écrans

Festivals

 

Films

DVD

- Films en ligne

Personnes

Articles

Production

Histoire

Conférences et séminaires


Bibliographie


Événements en cours

 

Prix

Box office

 

Statistiques

 

Partenariats

 

Plan du site

Liens

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z  Autres 
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
Dziga VERTOV
Дзига ВЕРТОВ
Dziga VERTOV
 
URSS, 1926, 53 mn 
Noir et blanc, muet, documentaire

La Sixième partie du monde

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Шестая часть мира

 

 A Sixth Part of the World

 shestaya chast mira


 
Réalisation : Dziga VERTOV (Дзига ВЕРТОВ)
Scénario : Dziga VERTOV (Дзига ВЕРТОВ)
Images : Ivan BELIAKOV (Иван БЕЛЯКОВ), S. BENDERSKI (С. БЕНДЕРСКИЙ), Mikhaïl KAUFMAN (Михаил КАУФМАН), N. KONSTANTINOV (Н. КОНСТАНТИНОВ), Alexandre LEMBERG (Александр ЛЕМБЕРГ), I. STROUKOV (И. СТРУКОВ), Yakov TOLTCHAN (Яков ТОЛЧАН), Piotr ZOTOV (Пётр ЗОТОВ)
Montage : Elizaveta SVILOVA (Елизавета СВИЛОВА), Dziga VERTOV (Дзига ВЕРТОВ)
Production : Studio central des documentaires de Russie
Date de sortie en Russie : 1926
 

DVD avec sous-titres
Editeur : Filmmuseum. 2010.
intertitres en russe, sous-titres en anglais et allemand

Synopsis
Le début du film montre le monde du capitalisme et la situation difficile des ouvriers. Puis le spectateur voit comment vivent les différents peuples d’URSS. Le film montre les richesses du pays, qui appartiennent maintenant à tout le monde. Les revenus de l'Etat issus dde l'exportation des fourrures sont utilisées pour l'achat de machines pour les usines. L’ancien, dans l'économie et le quotidien des gens, laisse la place au renouvellement; les produits soviétiques sont vendus à l’étranger et le pays devient un état totalement indépendant des pays capitalistes avec une économie forte. Le film a été conçu comme un œuvre poétique et musicale rythmée, les thèmes qui se répètent en variations, les refrains.
 

Commentaires et bibliographie
Dziga Vertov, la Sixième Partie du monde, la Onzième Année | Albrecht Viktor Blum, Leo Lania, Dans l’ombre de la machine, DVD, Edition filmmuseum, 2010, François ALBERA, 1895.revues.org, 2010
 
Le film, un des plus grands succès de Vertov, a été commandé par le Ministère d’Etat du commerce (Gostorg) pour promouvoir à l’étranger les capacités de l'URSS dans le domaine du commerce extérieur. Dans le projet de Vertov, qui consistait en deux grands films Export –import du Gostorg et La course du kinoglaz dans l’URSS (Пробег киноглаза по СССР), il était prévu de montrer les livraisons d’équipement technique et de machines pour l’industrialisation du pays, ainsi que l’activité de Gostorg dans les achats de fourrures, de blé, etc., le travail du port de Leningrad. Vertov voulait créer un film, qui montre l’immensité du pays, différentes zones géographiques, la vie et le quotidien de différents peuples et nationalités. Tout ce matériel ethnographique a été rassemblé pour le deuxième film La course du kinoglaz dans l’URSS (Пробег киноглаза по СССР), qui est devenu La sixième partie du monde. Vertov voulait montrer comment les peuples les plus en retrait participent à la construction de l'état socialiste.

Du 3 mai au 29 juillet 2018, la Cinémathèque Française rend hommage au cinéaste Chris Marker. Dans la section « Les films de sa vie », on trouve trois œuvres soviétiques : « Le Cuirassé Potemkine » (1925) de S. Eisenstein, « Le Bonheur » (1934) d’A. Medvedkine (à qui il rend hommage en 1971 dans le documentaire « Le train en marche »), « La sixième partie du monde » (1926) de Dziga Vertov.
Citation de la brochure de la Cinémathèque : «Louons Dziga Vertov car si j’avais à choisir les dix meilleurs documentaires de tous les temps, je trouverais cela grotesque, mais s’il n’y en avait qu’UN seul à choisir se serait "La Sixième Partie du Monde". Parce que ce moment de notre histoire, cette palingénésie, cette aube, cette naissance de notre mémoire, cette première esquisse de ce qui devait être notre monde, bon et mauvais, Poudovkine nous y a fait penser, Eisenstein nous y a fait rêver, mais un seul homme nous l’a fait voir : Dziga Vertov.» (Chris Marker / Cinémathèque Française, Programme été 2018, p. 21). http://www.cinematheque.fr/cycle/chris-marker-les-7-vies-d-un-cineaste-441.html

Sélections dans les festivals :
- Fondation Jérôme Seydoux. Octobre 1917, une révolution en images, Paris (France), 2017
- Avant-gardes russes du Centre Pompidou, Paris (France), 2011
- Mois du cinéma documentaire, Lyon (France), 2008
- Europalia Russia 2005, Bruxelles (Belgique), 2005


Vos remarques