Kinoglaz

 

Agenda

- Dernières infos

Sur les écrans

Festivals

 

Films

DVD

- Films en ligne

Personnes

Articles

Production

Histoire

Conférences et séminaires


Bibliographie


Événements en cours

 

Prix

Box office

 

Statistiques

 

Partenariats

 

Plan du site

Liens

Contacts


Search with Google    


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Les titres et noms en gras renvoient à des fiches plus complètes
Réalisateur,
Scénariste,
Acteur
 
Né en 1925, URSS
 
 

Marlen KHOUTSIEV

Марлен Мартынович ХУЦИЕВ
Marlen KHUTSIEV
Egalement : KHUTSIYEV

Extrait de la filmographie
 
Réalisateur
2015 - La Porte d'Ilitch - Brouillons, Extraits, Variantes (Застава Ильича – Черновики, Вырезки, Варианты) [documentaire, 25 mn]
2013 - In Perpetuum Infinitum (In Perpetuum Infinitum) [documentaire, 2 mn]
2011 - Nevechernyaya (Невечерняя) [fiction, long métrage]
2001 - Les Gens de 1941 (Люди 41 го года) [documentaire, 53 mn]
1991 - Infinitas (Бесконечность) [fiction, 220 mn]
1983 - Postface (Послесловие) [fiction, 98 mn]
1970 - C’était au mois de mai (Был месяц май) [fiction, 108 mn]
1966 - Pluie de juillet (Июльский дождь) [fiction, 109 mn]
1964 - J’ai vingt ans / La Porte d'Ilitch (Застава Ильича / Мне двадцать лет) [fiction, 175 mn]
1958 - Les Deux Fédor (Два Федора) [fiction, 89 mn]
1956 - Le Printemps dans la rue Zaretchnaïa (Весна на Заречной улице) [fiction, 96 mn]
1950 - Les Constructeurs de villes (Градостроители)
 
Scénariste
2011 - Nevechernyaya (Невечерняя) de Marlen KHOUTSIEV [fiction, long métrage]
2001 - Les Gens de 1941 (Люди 41 го года) de Marlen KHOUTSIEV [documentaire, 53 mn]
1991 - Infinitas (Бесконечность) de Marlen KHOUTSIEV [fiction, 220 mn]
1983 - Postface (Послесловие) de Marlen KHOUTSIEV [fiction, 98 mn]
1966 - Pluie de juillet (Июльский дождь) de Marlen KHOUTSIEV [fiction, 109 mn]
1964 - J’ai vingt ans / La Porte d'Ilitch (Застава Ильича / Мне двадцать лет) de Marlen KHOUTSIEV [fiction, 175 mn]
 
Acteur
1978 - Le Jour de la fête (В день праздника) de Piotr TODOROVSKI [fiction, 87 mn]
1969 - Brille, mon étoile, brille (Гори гори, моя звезда) de Aleksandr MITTA [fiction, 94 mn]
1968 - Intervention (Интервенция) de Guennadi POLOKA [fiction, 107 mn]
 
Co-réalisateur
1974 - Et pourtant je crois (И все-таки я верю) de Mikhaïl ROMM [documentaire, 120 mn]

Prix et récompenses :
Artiste du peuple de l’Union Soviétique, 1986
Décoré de l’ordre du mérite de la Patrie, 1996
Lauréat du « Bélier d’or »,1995 Prix Nika pour sa contribution au cinéma, 2005
Infinitas :
Prix spécial, Festival international du film de Berlin : Berlinale, Berlin (Allemagne), 1992
Le Printemps dans la rue Zaretchnaïa :
Prix au Festival de Moscou, 1957
J’ai vingt ans / La Porte d'Ilitch :
Prix spécial de Venise, 1965

Biographie
Marlen Khoutsiev est né en 1925 en Géorgie. Diplômé de la faculté de mise en scène du VGIK (Institut national du cinéma) en 1952, il réalise quatre ans plus tard son premier film Le Printemps dans la rue Zaretchnaïa. En 1962, son film La Porte d'Ilytch est violemment critiqué par Krouchtchev personnellement. Le film, remanié, sortira deux ans plus tard sous le titre J'ai vingt ans. En 1987, la Commission des conflits permet à Khoutsiev de restaurer sa "version d'auteur". Depuis 1978, il dirige un atelier de mise en scène au VGIK .
Les reproches que Khrouchtchev a faits à La Porte d’Ilytch, il aurait, heureusement, pu les faire pour l’essentiel à J’ai vingt ans (mais il avait été limogé entre temps) et aux films postérieurs de Marlen Khoutsiev : c’était l’absence de héros positifs portés par l’idéal socialiste et l’espoir de lendemains meilleurs. Les personnages sont des gens « ordinaires » qui s’interrogent sur eux mêmes sur le sens de leur vie. Ces interrogations nous touchent par ce qu’elles ont d’universel, tout en étant bien ancrées dans une société qu’inquiètent à la fois le passé et l’avenir.
Le festival de La Rochelle de juin-juillet 2003 a fait, en la présence du réalisateur, une rétrospective des films de Marlen Khoutsiev. A la question posée par un spectateur : « Pourquoi n’avez-vous plus fait de films depuis 1991 ? », il a répondu : « Quand la péréstroïka a commencé je tournais mon dernier film, Infinitas. Nous en étions au montage quand il y a eu des changements économiques, et nous avons été obligés d’arrêter parce qu’il n’y avait pas de financement. Ça a duré assez longtemps. Et quand j’ai tout de même réussi à terminer le film, je me suis rendu compte qu’autour de moi, on faisait un tout autre cinéma. On faisait des films pour le spectacle, des films de gangsters, des thèmes au bord de la pornographie. Je ne sais pas faire cela, et j’en n’ai pas envie. (...) Je me suis réfugié dans l’éducation – j’enseigne à l’Institut du cinéma depuis très longtemps- jusqu’à ce qu’un nouveau ministre se souvienne de moi un jour et me promette de financer le film que je voudrais faire. J’avais un projet, filmer la rencontre entre Tolstoï et Tchékhov ; le ministre a tenu sa promesse. Le problème est que, même si le ministre décide, ensuite il faut parcourir tous les détours des bureaux des fonctionnaires pour mettre ça en oeuvre. L’argent que le ministre m’avait promis n’a pas été versé ; on m’en a donné beaucoup moins, et on l’a donné très lentement. Et l’on est encore dans l’incertitude, quant à ce qu’ils vont donner vraiment. » (propos enregistrés lors de la conférence de presse donnée par Marlen Khoutsiev au festival de La Rochele le 4 juillet 2003 et publiés dans le numéro de novembre 2003 de « Jeune Cinéma »)
 
Vos remarques