Artavazd PELECHIAN
Артавазд ПЕЛЕШЯН
Artavazd PELESHIAN
URSS, 1975, 30mn 
Noir et blanc, documentaire
Les Saisons
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Времена года

 

 The Seasons

 Vremena goda

Autres titres : Tarva yeghanaknere
 
Réalisation : Artavazd PELECHIAN (Артавазд ПЕЛЕШЯН)
Scénario : Artavazd PELECHIAN (Артавазд ПЕЛЕШЯН)
Images : Mikhaïl VARTANOV (Михаил ВАРТАНОВ)
 
Langue arménien

Synopsis
Le film montre, au fil des saisons, des scènes de la vie campagnarde en Arménie (travaux des champs, fêtes, transhumances...) qui sont autant de témoignages de l'importance de la nature dans la vie de l'homme.
 

Commentaires et bibliographie
ARTAVAZD PÉLÉCHIAN Une symphonie du monde, Claire Déniel et Marguerite Vappereau (dir.), YELLOW NOW, 2016
 
"Artavazd Pelechian met en scène les éléments de la nature dans un poème cinématographique : scènes de la vie campagnarde, scène de travaux des champs, de transhumances, de fêtes. Des meules glissent vertigineusement vers le bas d’une colline, accompagnées, retenues, autant que tirées par des paysans. Des bergers glissent à toute allure sur une pente enneigée, faisant corps avec leur mouton. La caméra de Pelechian saisit et accompagne cette drôle, cette émouvante symbiose comme une météorite en chute libre. Ce que nous dit Pelechian dans "Les Saisons", c’est que, même s’il tente de vivre par lui-même, l’homme fait partie de la nature. Ses costumes de peau sont des morceaux d’animaux, les meules de foin dévalent les collines avec des humains dans leurs entrailles, l’écume des torrents et la neige dévorent les corps dans leur force immaculée, pendant que "Les Quatre Saisons" de Vivaldi retrouvent toute leur profondeur."
Extrait d'une conférence de Serge Avédikian, 24 novembre 2006, Médiathèque E & R. Vailland, Bourg en Bresse et reproduite sur le site documentaires.ouvaton.org

"Dans Les saisons réalisé en 1975, témoignage d’un humaniste salutaire et sublime qui lui assura une reconnaissance internationale, la scène d’ouverture (qui revient clôturer le film), provoque chez le spectateur un sentiment d’admiration envers une situation immémoriale de l’homme aux prises avec la nature. Cette scène tragique donne à voir un homme qui tente de sauver un mouton de la noyade, sans cesse submergé par les flots d’un rapide. Il refait surface mais chaque fois le débit trop puissant l’engloutit sans jamais lui faire lâcher l’animal. Rarement un homme aura donné l’impression d’être pris aussi littéralement dans les plis de la matière et jamais un cinéaste n’aura exprimé avec une telle force le tragique du mouvement."
Manon Recordon, étudiante, Paris 7, avril 2007.

Sélections dans les festivals :
- Intégrale Sergueï Loznitsa au Centre Pompidou et carte blanche au réalisateur, Paris (France), 2020
- L'Etrange Festival, Paris (France), 2019
- Festival Phare de courts métrages, Arles (France), 2018
- L'Etrange Festival, Paris (France), 2014
- Festival International des Cinémas d'Asie de Vesoul (FICA), Vesoul (France), 2013
- Mois du documentaire, Différentes villes (France), 2012
- Festival International du film Nancy-Lorraine (Aye Aye), Nancy (France), 2012
- Festival international du film documentaire d'Amsterdam : IDFA, Amsterdam (Pays-Bas), 2012
- Lisbon and Estoril Film Festival, Estoril (Portugal), 2012
- Mois du documentaire, Différentes villes (France), 2011
- Festival international du film de Venise / Mostra Internazionale d'Arte Cinematografica, Venise (Italie), 2011
- Une semaine de cinéma caucasien à l'Action Christine, Paris (France), 2010
- Festival du film de Sarlat, Sarlat (France), 2009
- Festival de cinéma de Douarnenez, Douarnenez (France), 2009
- Festival international du film de Berlin : Berlinale, Berlin (Allemagne), 1990

Images et vidéos