Maria SAAKIAN
Мария СААКЯН
Mariya SAAKIAN
Russie, 2006, 92mn 
Couleur, fiction
Le Phare
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Маяк

 

 The Lighthouse

 Mayak

 
Réalisation : Maria SAAKIAN (Мария СААКЯН)
Scénario : Guivi CHAVGOULIDZE (Гиви ШАВГУЛИДЗЕ)
 
Interprétation
Mikhaïl BAGDASAROV (Михаил БАГДАСАРОВ)
Sergueï DANIELIAN (Сергей ДАНИЕЛЯН)
Anastassia GREBENNIKOVA (Анастасия ГРЕБЕННИКОВА)
Anna KAPALEVA (Анна КАПАЛЕВА)
Albina MATVEEVA (Альбина МАТВЕЕВА)
Sos SARKISSIAN (Сос САРКИСЯН)
Mikhaïl SILANTIEV (Михаил СИЛАНТЬЕВ)
Sofiko TCHIAOURELI (Софико ЧИАУРЕЛИ)
Olga YAKOVLEVA (Ольга ЯКОВЛЕВА)
 
Images : Maksim DROZDOV (Максим ДРОЗДОВ)
Décors : Ivana KRTCHADINATS (Ивана КРЧАДИНАЦ)
Musique : Kimmo POKHONEN (Киммо РОХОНЕН)
Production : Société de production Andreevski flag (Кинокомпания «Андреевский Флаг»)
 
Langue Russe / Arménien
Site : www.majakfilm.ru/

Synopsis
L’héroïne du film, une jeune femme, revient à la maison. Mais à la maison, la vie a beaucoup changé. La vie en ville, quelque part dans le Caucase, est devenue très dangereuse et la jeune femme veut à nouveau s’en aller en emmenant avec elle ses grands parents. Mais sa grand-mère ne veut pas partir, quitter sa maison, son travail à l’école de musique, ses élèves. Et bientôt, c’est trop tard…, il n’y a plus de trains.
 

Commentaires et bibliographie
Mariia Saakyan : The Lighthouse (Maiak, 2006), Joséphine WOLL, kinokultura.com, 2008
 
Interviews : Maria Saakian – Du début à la fin, l’action du film se déroule pendant la guerre. Celle-ci apparaît comme le risque essentiel. L’héroïne revient chez elle pour…effectivement, le pourquoi n’est pas important…pour emmener la grand-mère et le grand père, mais elle revient parce qu’il ne lui est pas possible qu’elle abandonne la maison. Elle revient pour voir que tout est vivant et que chaque chose est à sa place, mais là-bas, c’est la guerre et il faut partir.

Irina Prokhorova – Beaucoup de choses ont coïncidé. Par exemple, que l’on m’ait donné ce scénario que j’avais commencé à lire deux fois et que je n’avais pu terminer. J’ai tout de même réussi à le lire au bout de la troisième fois. C’est à ce moment-là que j’ai eu une cassette d’enregistrement d’un travail d’étude de Macha qui m’a semblé très intéressant. Toutes ces coïncidences, dans leur aspect intérieur, coïncidaient.

Maria Saakian – C’est l’histoire de très nombreuses personnes de ma génération, de ces personnes qui ont été déplacées et se sont retrouvées disséminées de par le monde.

Maria Saakian - J’ai parcouru tout Sotchi. Mais ou bien l’endroit plaît ou il ne plaît pas. Il n’est pas vrai qu’il est impossible de filmer la vérité. Le choix s’est arrêté sur l’Arménie.

Anton Mielnik – le film n’est pas commercial au sens où on le comprend dans notre pays et à l’étranger. Il n’a pas les critères d’exploitation pour un large public et c’est dommage. Mais en dépit de cela, trois cents spectateurs hier, d’âges et de représentations sociales différents l’ont vu. Nombreux sont ceux qui ont considéré que le film leur avait fait une bonne impression.

Sélections dans les festivals :
- Festival international du film de Sofia, Sofia (Bulgarie), 2007
- Festival international du film de Rotterdam, Rotterdam (Pays-Bas), 2007
- Festival du cinéma russe à Honfleur, Honfleur (France), 2006
- Festival international du film de Moscou, Moscou (Russie), 2006
- Festival de cinéma russe ''Premières de Moscou'', Moscou (Russie), 2006
- Festival de cinéma russe ''Une fenêtre sur l'Europe'', Vyborg (Russie), 2006