Alexandre SOKOUROV
Александр СОКУРОВ
Alexandre SOKUROV
Russie / France, 2002, 99mn 
Couleur, fiction
L'Arche russe
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Русский ковчег

 

 Russian Ark

 Ruski Kovcheg

 
Réalisation : Alexandre SOKOUROV ( Александр СОКУРОВ)
Scénario : Anatoli NIKIFOROV (Анатолий НИКИФОРОВ), Alexandre SOKOUROV ( Александр СОКУРОВ)
 
Interprétation
Sergueï DREIDEN (Сергей ДРЕЙДЕН) ...Le marquis de Custine
Maria KOUZNETSOVA (Мария КУЗНЕЦОВА) ...Catherine la Grande
Leonid MOZGOVOI (Леонид МОЗГОВОЙ) ...L'espion
Anna ALEKSAKHINA (Анна АЛЕКСАХИНА) ...femme de Nicolas II
Vladimir BARANOV (Владимир БАРАНОВ) ...Nicolas II
Khelga FILIPPOVA (Хельга ФИЛИППОВА)
Vadim LOBANOV (Вадим ЛОБАНОВ)
Julian MAKAROV (Юлиан МАКАРОВ) ...Nicolas I
Natalia NIKOULENKO (Наталия НИКУЛЕНКО) ...Catherine I
Mikhaïl PIOTROVSKI (Михаил ПИОТРОВСКИЙ) ...Lui-même (Directeur de l'Ermitage)
Elena ROUFANOVA (Елена РУФАНОВА) ...Première Dame
Maksim_2 SERGUEEV (Максим_2 СЕРГЕЕВ) ...Pierre le Grand
Svetlana SVIRKO (Светлана СВИРКО) ...femme de Nicolas I
 
Images : Tilman BUTTNER (Тильман БЮТТНЕР)
Décors : Elena JOUKOVA (Елена ЖУКОВА), Natalia KOTCHERGUINA (Наталия КОЧЕРГИНА)
Musique : Sergueï EVTOUCHENKO (Сергей ЕВТУШЕНКО)
Ingénieur du son : Sergueï MOCHKOV (Сергей МОШКОВ), Vladimir PERSOV (Владимир ПЕРСОВ)
Montage : Sergueï_2 IVANOV (Сергей_2 ИВАНОВ)
Produit par : Andreï DERIABINE (Андрей ДЕРЯБИН)
Production : Musée de l'Ermitage / Ermitajny most / Egoli-Film / Fora-Film M / Celluloid dreams
Distribution en France : Celluloid-dreams
 
format : 35 mm
Date de sortie en France : 2003-03-26, Site

Prix et récompenses :
Meilleurs décors Elena JOUKOVA , Natalia KOTCHERGUINA , Prix "NIKA", Moscou (Russie), 2003
Prix au Festival de Toronto, 2002
Prix du meilleur film au Festival "Vivat Kino Rossii" à Saint-Petersbourg, 2003
Mention spéciale au Festival de San Francisco,2003

DVD avec sous-titres
Editeur : Editions Montparnasse

Synopsis
Le film se passe entièrement dans le palais de l’Ermitage, ancienne demeure des tsars depuis Pierre le Grand.
Un cinéaste contemporain, invisible, suit les déambulations incertaines, à travers les escaliers et les salles de l’Ermitage, d’un personnage vêtu de noir. Trois règnes emblématiques de la grandeur des tsars surgissent au cours de ce voyage à travers le temps : celui de Pierre Ier, en une scène quasi hallucinatoire de sombre violence dans un recoin obscur du palais ; celui de Catherine II, éclatant et théâtral, dans la lumière éblouissante des salles d’apparat ; enfin celui de Nicolas II, enveloppé de désir et d’angoisse, dans l’intimité d’un tableau de famille. Au cours d’une conversation murmurée et décalée, les deux spectateurs interrogent les trésors du musée: la grandeur impériale n’a-t-elle été qu’ une imposture, masquée par un emprunt de façade à la culture européenne? D’abord implacable contempteur du mensonge dont il accuse les œuvres d’art de l’Ermitage d’être le symbole ou le symptôme, le visiteur étranger glisse insensiblement dans la contemplation des tableaux de Van Dyck, de Rubens, pénétré par le mystère suave et étrange de l’atmosphère slave qui métamorphose et authentifie toute chose. Peu à peu, l’inconnu, envoûté, se « dissout » dans la foule du bal, dont la rumeur, qui enfle depuis le début du film, se transforme en une immense fête impériale, éclatante et crépusculaire.
Le visiteur est le marquis de Custine : personnage au passé tragique (son père et son grand-père ont été guillotinés pendant la Révolution française), romantique désabusé, écrivain et diplomate en Russie ( dont il a rapporté un livre La Russie en 1839), il est un témoin exemplaire de la puissance des tsars. Nouveau Dante, il traverse les cercles du brillant enfer que s’est construit l’empire. Tel un spectre encore, il hante l’histoire russe, dont la voix du cinéaste lui suggère la parenté avec sa propre histoire.
Le film a été tourné en un seul plan-séquence de 95 minutes : il emporte ainsi le spectateur dans la spirale de ce rêve éveillé qu’est l’histoire. L’Ermitage est-il une arche d’alliance, une arche de Noé…ou un « Titanic » émergé ? Le mouvement ininterrompu de cette longue promenade dans le musée-arche fait du regard la source d’une méditation qui « se noie » dans l’ultime image d’une porte battante, sur l’eau.
 

Commentaires et bibliographie
Alexandre Sokourov – L’Arche russe (2002), Emmanuel LE GAGNE, culturopoing.com, 2019
L'Arche russe d'Alexandre Sokourov. Documentaire et film de fiction fantastique, Jacques SIMON, kinoglaz.fr, 2012
Alexander Sokurov : Russian Ark (Русский ковчег, 2002), Interview, Russian Film, 2011
Кино в Петербурге. Петербург в кино, Anna KOVALOVA, seance.ru, 2011
Alexandre Sokourov, François ALBERA, Michel ESTEVE, CinémaAction, Editions Charles Corlet, 2009
Interview Aleksandr Sokourov par Romain Le Vern, Interview, excessif.com, 2006
Le cinéma des années 1990-2000. Images dispersées, Françoise NAVAILH, Russie, peuples et civilisations, La découverte, 2005
L'arche russe, Ciné -club de Caen, cineclubcaen.com, 2004
L’arche russe. La maison Russie, Edgar Hourrière, Lydia Scher-Zembitska, avoir-alire.com, 2003
Aleksandr Sokurov : Russian Ark (Russkii kovcheg) (2002), Birgit BEUMERS, kinokultura.com, 2003
Embaumement [A propos du film L'Arche russe d'Aleksandr Sokourov], André ROY, Spirale : arts • lettres • sciences humaines, n° 191, 2003
Montage russe [A propos du film L'Arche russe d'Alexandre Sokourov], Richard BEGIN, Ciné-Bulles, vol. 21, n° 3, 2003
Sokourov et la Russie [A propos de L'Arche russe], Emile BRETON, humanite.fr, 2003
La folle prise du Palais d'hiver par Alexandre Sokourov, Joël CHAPRON, Le Monde, 2002
Un bon plan. Alexandre Sokourov abandonne ici le portrait pour la fresque en exercice de style [Au sujet du film L'Arche russe], Jean ROY, humanite.fr, 2002
 


Leçon de cinéma par Diane Arnaud au Forum des Images (2010) :

Cours de cinéma : "L’Arche russe" d’Alexandre... par forumdesimages

Sélections dans les festivals :
- Festival du film russe à Paris, Paris (France), 2020
- Journées du cinéma russe au Victoria, Aix les Bains (France), 2019
- Journées du cinéma russe au Jean Renoir, Chambéry (France), 2019
- Sortie en France du film restauré:, Différentes villes (France), 2019
- Russian film symposium. Université de Pittsburgh, Pittsburgh (USA), 2019
- Festival international du film de Marrakech : FIFM, Marrakech (Maroc), 2016
- Rétrospective Alexandre Sokourov Aix en Provence / Marseille, Aix en Provence (France), 2015
- Rencontre cinématographique de Pézenas, Pézenas (France), 2015
- Festival international "7e Art dans le 7e", Paris (France), 2015
- Festival de films ''L'Europe autour de l'Europe'', Paris (France), 2013
- Festival "Douchenka", Ormes (France), 2013
- Les Maîtres russes, Montréal (Canada), 2012
- Soirées du cinéma russe de Bordeaux, Bordeaux (France), 2012
- Cycle Alexandre Sokourov au cinéma Grand Action, Paris (France), 2012
- Les rencontres culturelles Russenko, Le Kremlin-Bicêtre (France), 2012
- Festival de cinéma russe au Centre Wallonie Bruxelles de Kinshasa, Kinshasa (République Démocratique du Congo), 2012
- Cinéma russe au Kursaal de Besançon, Besançon (France), 2011
- Festival international du film de Tromso : TIFF, Tromso (Norvège), 2011
- Festival de Cinéma Européen Indépendant VOICES, Vologda (Russie), 2011
- Moscou Saint-Pétersbourg, deux capitales, un pays, Toulouse (France), 2010
- Moscou, Saint-Pétersbourg : deux visages de la Russie, Paris (France), 2010
- Week end de cinéma russe au Bono, Le Bono (France), 2010
- Epopée russe à l'Institut de l'image d'Aix en Provence, Aix en Provence (France), 2010
- Festival international de films de Fribourg, Fribourg (Suisse), 2010
- Festival du film européen d'Osaka, Osaka (Japon), 2008
- Festival de films comiques "Ulybnis, Rossiya", Moscou (Russie), 2006
- Europalia Russia 2005, Bruxelles (Belgique), 2005
- Festival international du film de Berlin : Berlinale, Berlin (Allemagne), 2003
- Festival Univerciné Russe de Nantes, Nantes (France), 2003
- Sortie en France en salle du film :, Différentes villes (France), 2003-03-26
- Prix "NIKA", Moscou (Russie), 2003
- Festival de Cannes, Cannes (France), 2002

Images et vidéos