Leo ARNCHTAM
Лео АРНШТАМ
Leo ARNSHTAM
Friedrich ERMLER
Фридрих ЭРМЛЕР
Friedrich ERMLER
Sergueï YOUTKEVITCH
Сергей ЮТКЕВИЧ
Sergey YUTKEVICH
URSS, 1932, 118mn 
Noir et blanc, fiction
Contre-plan
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Встречный

 

 Counterplan

 Vstrechnyy

 
Réalisation : Leo ARNCHTAM (Лео АРНШТАМ), Friedrich ERMLER (Фридрих ЭРМЛЕР), Sergueï YOUTKEVITCH (Сергей ЮТКЕВИЧ)
Scénario : Leo ARNCHTAM (Лео АРНШТАМ), Friedrich ERMLER (Фридрих ЭРМЛЕР), Leonid LIOUBACHEVSKI (Леонид ЛЮБАШЕВСКИЙ), Sergueï YOUTKEVITCH (Сергей ЮТКЕВИЧ)
 
Interprétation
Andreï ABRIKOSSOV (Андрей АБРИКОСОВ) ...Pavel
Piotr ALEINIKOV (Пётр АЛЕЙНИКОВ)
Maria BLUMENTAL-TAMARINA (Мария БЛЮМЕНТАЛЬ-ТАМАРИНА) ...Babtchikha
Zoïa FEDOROVA (Зоя ФЕДОРОВА)
Vladimir GARDINE (Владимир ГАРДИН) ...Babtchenko
Tatiana GOURETSKAIA (Татьяна ГУРЕЦКАЯ) ...Katia
Boris POSLAVSKI (Борис ПОСЛАВСКИЙ) ...Skvortsov
Boris TENINE (Борис ТЕНИН) ...Vassia
 
Images : Aleksandr GUINTSBOURG (Александр ГИНЦБУРГ), Joseph MARTOV (Жозеф МАРТОВ), Vladimir RAPOPORT (Владимир РАПОПОРТ)
Décors : Boris DOUBROVSKI-ECHKE (Борис ДУБРОВСКИЙ-ЭШКЕ)
Musique : Dmitri CHOSTAKOVITCH (Дмитрий ШОСТАКОВИЧ)
Ingénieur du son : Ivan DMITRIEV (Иван ДМИТРИЕВ), Ilia VOLK (Илья ВОЛК)
Production : Rosfilm
Date de sortie en Russie : 07/11/1932
 

Synopsis
L’action se situe à l’époque du premier plan quinquennal (1929-34). Le collectif d’une usine de Léningrad propose la construction d’une turbine. Le vieux contremaître Semion Babtchenko est chargé de la construction de l’une des pièces majeures. Des difficultés apparaissent mais finalement grâce à l’efficacité du secrétaire du comité du parti, Vassia, et à la compétence des vieux ouvriers, elles seront surmontées. La construction est presque terminée lorsque l’ouvrier Tchoutotchkine découvre une erreur dans les plans que l’ingénieur Skvortsov a volontairement faite. Finalement le projet est conduit à son terme.
 

Commentaires et bibliographie
Кино в Петербурге. Петербург в кино, Anna KOVALOVA, seance.ru, 2011
 
"Des millions de travailleurs s’engagent dans la lutte pour le plan socialiste et dans la construction de la nouvelle société. Représenter cet immense mouvement, avec art et à un haut niveau politique, est la tâche principale du cinéma soviétique. On ne peut pas dire que le cinéma ait contourné cette question, n’ait pas essayé de montrer ce processus complexe. Mais il l’a fait de façon schématique et ennuyeuse, discréditant les films sur la production et l’émulation. La force de Contre-plan est de toujours dépasser le cliché. On voit dans ce film la vraie vie d’une usine en lutte pour le contre-plan, et il mobilise pour cette lutte. (…)
Contre-plan s’imposa solidement au seuil d’une nouvelle étape du développement du cinéma soviétique. Il fut suivi de toute une série de films dans lesquels les réalisateurs s’appliquèrent de tous leurs effdorts à créer des sujets profonds et attrayants, à obtenir de l’acteur un jeu plus réfléchi et à représenter véridiquement la réalité.
Aleksandr Dovjenko, Le Cinéma en URSS

Sélections dans les festivals :
- Zoom arrière. Cinémathèque de Toulouse, Toulouse (France), 2015
- Festival international du film de Moscou, Moscou (Russie), 2003

Images et vidéos