Lev KOULECHOV
Лев КУЛЕШОВ
Lev KULESHOV
Russie, 1918  
Noir et blanc, muet, fiction
Le Projet de l’ingénieur Pright
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Проект инженера Прайта

 

 Engineer Prait's Project / Engineer Prite's Project

 Proekt inzheniera Prayta

 
Réalisation : Lev KOULECHOV (Лев КУЛЕШОВ)
Scénario : Boris KOULECHOV (Борис КУЛЕШОВ)
 
Interprétation
N. GARDI (Н. ГАРДИ)
E. KOMAROVA (Э. КОМАРОВА)
Boris KOULECHOV (Борис КУЛЕШОВ) ...L'ingénieur Pright
Edouard KOULGANEK (Эдуард КУЛЬГАНЕК)
Leonid POLEVOI (Леонид ПОЛЕВОЙ)
 
Images : Marc NALETHY (Марк НАЛЕТНЫЙ)
Production : A. Khanjonkov & Cie
 

A noter :
Le film a été en grande partie détruit.
Il a été reconstruit par l'historien du cinéma Nikolaï Izvolov.

DVD avec sous-titres
Editeur : Ruscico (Hyperkino). 2010.
DVD Hyperkino
Disc 1 film with optional subtitles : EN FR AL ES PO
DVD available on the English site www.moviemail-online.co.uk

Synopsis
L’ingénieur Pright a inventé une hydroturbine, et veut construire une station électrique pour exploiter son invention. Il est par ailleurs amoureux de la fille du directeur de la centrale. Mais le jour de l’inauguration, un groupe de saboteurs, engagé par une compagnie concurrente, fait sauter les transformateurs : plusieurs ouvriers sont tués et la région est privée d’électricité. Finalement les saboteurs sont arrêtés, l’usine fonctionne, et l’ingénieur est toujours amoureux.
 

Commentaires et bibliographie
Les origines du cinéma soviétique : un regard neuf, Myriam TSIKOUNAS, Cerf, 1992
 

Lev Koulechov raconte l’importance de son film Le Projet de l’ingénieur Pright, dans ses recherches sur le langage spécifiquement cinématographique :
« (…) l’on hésitait à me confier un premier film ! Ce manque de confiance s’expliquait : je prétendais tourner d’une façon qui, à l’époque, n’était pas admise et paraissait inadmissible. J’étais le premier en Russie à prononcer le mot de « montage », à parler de l’action, de la dynamique du cinéma, du réalisme dans l’art cinématographique. En ce temps-là, tout cela semblait fort étrange. On me considérait comme un futuriste -sous ce nom on cataloguait alors tous les artistes à tendance de gauche. Malgré cela, j’ai réussi en 1917, avant la révolution d’Octobre, à tourner un film qui s’appelait le Projet de l’ingénieur Pright. Ce fut le premier film réalisé selon la conception du montage, avec des images spécialement élaborées et assemblées selon les lois du montage. En Russie, cela se faisait pour la première fois.
En tournant ce film, je pris conscience de particularités propres au montage cinématographique. Supposons qu’en un certain endroit l’on photographie un objet quelconque ; puis en un tout autre endroit, l’on filme des hommes regardant cet objet et que l’on monte ensuite le tout, en alternant l’image de l’objet et l’image des hommes qui le regardent : dans le Projet de l’ingénieur Pright les hommes regardaient les pylônes électriques. C’est ainsi que, sans le vouloir, j’ai fait une découverte : grâce au montage, on peut créer, pour ainsi dire, une nouvelle géographie, un nouveau lieu de l’action, on peut créer ainsi de nouveaux rapports entre les objets, la nature, les personnages et les péripéties du film. »
Le cinéma soviétique par ceux qui l’ont fait, Ed. Les Editeurs Français réunis, 1966.

Voici le témoignage de V. Khanjonkova, la femme du producteur du Projet de l'ingénieur Pright :
"A l'époque il n'existait pratiquement pas de "montage associatif" qui consistait à tourner à la suite de courtes séquences montrant des cadres différents sauf dans le cas où l'on voulait détacher des détails d'un cadre général. En pratique il n'y avait pas de séquences consacrées à un cadre de moins de 10 mètres. Et Quand Koulechov se mit à son travail expérimental sur le film Le Projet de l'ingénieur Pright, et rapporta à la table de montage des séquences de 5, 3 ou 1 mètre, dans notre amicale équipe de montage s'éleva une rumeur. On parlait de gaspillage de pellicule, et du "morcellement" qu'il en résulterait. Mais en regardant L'Ingénieur Pright, certains sont restés perplexes, ne sachant pas encore apprécier ce que la nouvelle méthode avait de créateur, d'autres ont vu dans ce travail une avancée décisive de l'art du montage, une tentative d'établir des lois du montage à suivre avant le tournage et non après le tournage comme cela se faisait alors."
V. Khanjonkova, 1946. Cité dans Vielikikinemo 1908-1918 page 472.

Sélections dans les festivals :
- Festival 'Il Cinema Ritrovato', Bologne (Italie), 2008