Andreï KONTCHALOVSKI
Андрей КОНЧАЛОВСКИЙ
Andrei KONCHALOVSKY
Russie / Allemagne, 2016, 131mn 
fiction
Paradis
▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Рай

 

 Paradise

 Ray

 
Réalisation : Andreï KONTCHALOVSKI (Андрей КОНЧАЛОВСКИЙ)
Scénario : Elena KISSELIOVA (Елена КИСЕЛЁВА), Andreï KONTCHALOVSKI (Андрей КОНЧАЛОВСКИЙ)
 
Interprétation
Youlia VYSSOTSKAIA (Юлия ВЫСОЦКАЯ) ...Olga
Christian CLAUSS (Кристиан КЛАУС) ...Helmut
Viktor SOUKHOROUKOV (Виктор СУХОРУКОВ)
Philippe DUQUESNE (Филипп ДЮКЕН) ...Jules
Vera VORONKOVA (Вера ВОРОНКОВА)
 
Images : Aleksandr SIMONOV (Александр СИМОНОВ)
Décors : Irina OTCHINA (Ирина ОЧИНА)
Musique : Sergueï CHOUSTITSKIY (Сергей ШУСТИЦКИЙ)
Ingénieur du son : Maksim BELOVOLOV (Максим БЕЛОВОЛОВ)
Montage : Ekaterina VECHEVA (Екатерина ВЕШЕВА)
Produit par : Andreï KONTCHALOVSKI (Андрей КОНЧАЛОВСКИЙ)
Autres personnes :
Acteurs : Петер Курт / Peter Kurth, Якоб Диль / Jakob Diehl
Producer: Флориан Дайле / Florian Deyle
Production : DRIFE Productions, Production Center of Andrei Konchalovsky / "Кинокомпания Андрея Кончаловского"
Date de sortie en Russie : 29/01/2017
Distribution en France : Sophie Dulac Distribution
 
Sites : Page sur Allociné, page sur IMDb
Date de sortie en France : 2017-11-15, Site

Prix et récompenses :
Meilleur film de fiction Prix de l'Aigle d'or, Moscou (Russie), 2017
Meilleure réalisation Andreï KONTCHALOVSKI , Prix de l'Aigle d'or, Moscou (Russie), 2017
Meilleur rôle féminin Youlia VYSSOTSKAIA , Prix de l'Aigle d'or, Moscou (Russie), 2017
Meilleur film Prix de la Guilde des historiens et critiques de cinéma, Moscou (Russie), 2017
Meilleure image Aleksandr SIMONOV , Prix de la Guilde des historiens et critiques de cinéma, Moscou (Russie), 2017
Meilleure réalisation Andreï KONTCHALOVSKI , Prix de la Guilde des historiens et critiques de cinéma, Moscou (Russie), 2017
Meilleur film de fiction Prix "NIKA", Moscou (Russie), 2017
Meilleure mise en scène Prix "NIKA", Moscou (Russie), 2017
Meilleur rôle féminin Youlia VYSSOTSKAIA , Prix "NIKA", Moscou (Russie), 2017
Lion d'argent du meilleur réalisateur Festival international du film de Venise / Mostra Internazionale d'Arte Cinematografica, Venise (Italie), 2016

Synopsis
Ce film russo-allemand décrit l’histoire de trois personnes, dont les destins se sont croisés pendant la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit d’une aristocrate russe émigrée et membre de la Résistance française, Olga, du collaborateur français Jules et de l’officier SS Helmut.
Olga est arrêtée pour avoir cacher des enfants juifs lors de la rafle des fascistes. Jules s'occupe de son dossier. Olga lui plaît et il semble prêt à adoucir sa situation de détenue en échange de relations intimes mais cela ne peut se faire. L'espoir d'être libérée se heurte à la cruelle réalité: Olga est envoyée dans un camp de concentration. Là elle y rencontre Helmut qui dans le passé a été amoureux d'elle. Entre eux se nouent des relations étranges et morbides. Les nazis sont au bord de la défaite et Helmut décide de sauver Olga et de s'enfuir avec elle en Amérique du Sud. Olga, qui a perdu tout espoir de liberté, accepte mais au dernier moment prend conscience que sa vision du paradis a changé.
 

Commentaires et bibliographie
RUSSIA BEYOND : Top 5 des meilleurs films du réalisateur russe Andreï Kontchalovski, Ekaterina SINELCHTCHIKOVA, RUSSIA BEYOND, 2020
Andreï Kontchalovski: «Aucune envie de retourner à Hollywood», Alexandre NETCHAÏEV, Ekaterina TCHESNOKOVA, Interview, RUSSIA BEYOND / RIA Novosti, 2017
Andrei Konchalovskii. Paradise (Rai, 2016), Birgit BEUMERS, Kinokultura, 2017
« Paradis » : les crimes nazis sans les victimes, Thomas SOTINEL, Le Monde, 2017
Рай Кончаловского: философия и будуар за колючей проволокой, Лев РЫЖКОВ, Sputnik, 2016
 
Le réalisateur russe Andreï Konchalovsky a proposé jeudi à Venise, dans son film "Paradise", une réflexion personnelle et insolite sur trois destins croisés confrontés aux horreurs de la guerre et des camps de concentration. "Le problème de celui qui fait le mal, c'est qu'il pense souvent faire quelque chose de juste", a déclaré Andreï Konchalovsky en conférence de presse. "Aujourd'hui, je pense à Savonarole, à la Seconde Guerre mondiale, aux bombardements en Iran, en Serbie, en Libye. Tout cela est sans fin parce ceux qui commettent ces actes estiment être dans le vrai", a ajouté le cinéaste de 79 ans. Déjà présent à la Mostra en 1965 avec "Le Premier Maître", il a été ensuite primé à deux reprises dans la Cité des Doges avec un Grand Prix pour "La Maison des fous" (2002) et avec un Grand Prix du meilleur réalisateur pour "The Postman's White Nights" (Les nuits blanches du facteur, 2014). En course cette année pour le Lion d'or, son film tourné en noir et blanc, raconte l'histoire de trois personnages: Olga, une aristocrate russe engagée dans la Résistance française (Yuliya Vysotskaya), Jules, un collaborateur français (le Français Philippe Duquesne) et Helmut, un officier allemand de haut rang (Christian Clauss). Certains veulent sauver des vies, d'autres veulent les condamner. Grâce à une mise en scène originale, Konchalovsky fait alterner des scènes de leur vie à la fin de la guerre, avec des entretiens de chacun d'eux depuis un hypothétique paradis, d'où ils évoquent, face à la caméra, les événements qui les ont conduits à la mort. - Un avertissement - Dans une longue première partie, on voit Olga arrêtée par la police française pour avoir caché des enfants juifs. A la prison où elle est incarcérée, elle rencontre Jules, un fonctionnaire français chargé de la faire parler. Prête à tout pour éviter la torture, Olga propose ses faveurs à Jules qui finit par céder aux charmes de la "belle comtesse". Mais les espoirs d'Olga s'évanouissent rapidement et elle est envoyée dans un camp de concentration. A ce point du film, le spectateur est encore dans le flou, Andreï Konchalovsky laissant planer le doute sur la direction qu'il veut donner à son histoire. Dans la seconde partie, il plonge les spectateurs dans l'enfer du camp, où les scènes dures et violentes ne manquent pas. La route d'Olga croise celle d'Helmut, un officier SS de haut rang autrefois follement amoureux d'elle. Entre eux, la passion se rallume et Helmut propose à Olga de la faire évader. Mais là encore, la désillusion est au rendez-vous. La défaite du régime nazi qui se profile à l'horizon va modifier une nouvelle fois la trajectoire de la vie d'Olga. Pour Andreï Konchalovsky, une pensée du philosophe allemand Karl Jaspers en 1946 éclaire le film: "Ce qui est arrivé constitue un avertissement (...). Cela a pu arriver et peut encore arriver à tout moment. Ce n'est qu'en connaissant le passé qu'on peut l'empêcher de se reproduire". "L'holocauste a été tellement banalisé qu'aujourd'hui un jeune qui voit 200 personnes en pyjama à rayures ressent la même chose que lorsque moi je regarde une représentation de +Nabucco+", l'opéra de Verdi évoquant l'épisode biblique de l'esclavage des juifs à Babylone, a expliqué le réalisateur russe. "Je voulais me détacher de cela pour parler surtout de la méchanceté de la nature humaine, qui est éternelle et se régénère tous les jours", a conclu le cinéaste. AFP

Sélections dans les festivals :
- Rétrospective Andreï Kontchalovski à la Cinémathèque de Toulouse, Toulouse (France), 2020
- Rétrospective Andreï Kontchalovski à la Cinémathèque française, Paris (France), 2020
- Journées du film russe à Ajaccio, Ajaccio (France), 2019
- Semaine russe au Ciné-Parvis Le Méridien de Tarbes, Tarbes (France), 2018
- Festival de cinéma russe au Toursky à Marseille, Marseille (France), 2018
- Journées du cinéma russe au Victoria, Aix les Bains (France), 2018
- Festival de cinéma russe à Niort, Niort (France), 2018
- Festival du film d'Europe Centrale et Orientale , Wiesbaden (Allemagne), 2017
- Russian Resurrection Film Festival, Différentes villes (Australie), 2017
- Festival du nouveau cinéma, Montréal (Canada), 2017
- Festival du film russe à Paris, Paris (France), 2017
- Sortie en France en salle du film :, Différentes villes (France), 2017-11-15
- Semaine du nouveau cinéma russe à Paris : Regards de Russie, Paris (France), 2017
- Festival international du film de La Roche sur Yon, La Roche sur Yon (France), 2017
- Festival du cinéma russe à Nice, Nice (France), 2017
- Festival international du film de Tromso : TIFF, Tromso (Norvège), 2017
- Festival de films russes : Spoutnik au dessus de la Pologne, Varsovie (Pologne), 2017
- Festival international du film sur les droits de l'homme "Stalker", Moscou (Russie), 2017
- Prix "NIKA", Moscou (Russie), 2017
- Prix de la Guilde des historiens et critiques de cinéma, Moscou (Russie), 2017
- Prix de l'Aigle d'or, Moscou (Russie), 2017
- Festival international du film de Belgrade, Belgrade (Serbie), 2017
- Festival international du film d'Istanbul, Istanbul (Turquie), 2017
- Festival international du film de Seattle : SIFF, Seattle (USA), 2017
- Semaine de cinéma russe à Berlin, Berlin (Allemagne), 2016
- Festival international du film de Venise / Mostra Internazionale d'Arte Cinematografica, Venise (Italie), 2016

Images et vidéos