FESTIVAL du CINEMA RUSSE de HONFLEUR
29° édition – 23 au 28 novembre 2021
Un festival à l’époque des changements

Elena DUFFORT. Directrice des programmes du Festival russe à Honfleur

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

La cérémonie de clôture du 29ième festival du Cinéma Russe de Honfleur s’est terminée par une question auprès du public, lancée par la présidente du jury Marthe Keller depuis la scène. L’actrice voulait savoir combien de spectateurs dans la salle habitaient Honfleur. Environ 15 personnes ont levé la main. Il s’avéra que tous les autres étaient venus d’autres villes en France.

La célébrité du Festival du Cinéma Russe de Honfleur a depuis longtemps dépassé les limites de de la petite ville normande et attire chaque année des centaines de spectateurs venus d’ailleurs. Ce fait ne peut que réjouir les hôtels et les restaurants de la ville qui, chaque année, anticipent avec joie le torrent si attendu des visiteurs. A la fin du mois de novembre, dans les rues de Honfleur, on entend parler russe ; dans les restaurants on discute des films vus ; devant les affiches du cinéma on fait des photographies et on distribue des autographes.

L’épidémie de covid a contraint le Festival à chercher de nouvelles formes. Au début de l’année 2021, le Festival a proposé une semaine de documentaires en ligne. Selon le bilan effectué, il apparaît que les amateurs de cinéma russe les plus actifs sont les Parisiens et les Lyonnais ; les Normands viennent après. Mais le Festival a depuis longtemps décidé de prendre en mains l’éducation de ses futurs spectateurs. C’est pourquoi les premières séances à Honfleur traditionnellement sont destinées aux plus jeunes. Dès le 29 novembre, devant le cinéma s’étiraient de longues files d’attente d’enfants venus par classes entières regarder des dessins animés. Le lendemain, c’était le tour des lycéens et des étudiants venus des villes normandes voisines. Toutes les séances jeunesse sont gratuites et, comme de juste, ont un grand succès. A partir du jeudi, devant le Grenier à sel, spécialement équipé, ainsi que devant le cinéma Henri Jeanson, les places s’arrachent. Au moins une heure avant chaque séance, les spectateurs font la queue et il n’est pas rare d’entendre les voix mécontentes de ceux qui n’ont pu entrer dans les salles archibondées. Vu cette situation, il est évident que, les prochaines années, la direction du Festival sera amenée à trouver une solution permettant à tous les spectateurs d’accéder aux séances de leur choix.

Le programme de la 29ième édition était, comme d’habitude, très varié. Si des films comme « Journal du Blocus » d’Andreï Zaïtsev ou le vainqueur de la compétition « Les Poings desserrés » de Kira Kovalenko ont été unanimement appréciés du public, d’autres comme la comédie noire « Faut crever pour que vous veniez », avec Aleksei Guskov et Yuliya Aug dans les rôles principaux, ont provoqué de nombreuses discussions. La politique continue du Festival est de montrer le maximum de films russes de l’année les plus remarqués qui offrent les genres et les tendances les plus divers pour permettre au public français de faire son propre choix. L’appréciation des films de la compétition par un jury de professionnels procède également du décompte de Hambourg (selon la formule de l’écrivain Victor Chklovski) fondé sur le mérite réel et libre des circonstances momentanées et des intérêts particuliers ; autrement dit, un palmarès imprévisible. La direction du Festival laisse une totale liberté au jury. Ainsi, à ce 29ième Festival, deux Prix du Meilleur rôle Féminin ont été décernés mais il n’y a pas eu de Prix du Meilleur rôle Masculin ni du Meilleur Scénario. La décision du jury étonna mais fut acceptée sans discussion.

Le seul vrai regret fut l’absence de la traditionnelle délégation russe à cause des conditions sanitaires. Du coup, tant la Présidente du Festival Françoise Schnerb que le spécialiste du cinéma russe Joël Chapron ont redoublé d’efforts pour que toutes les séances du programme, sans exception, bénéficient d’une présentation.

En dehors de la promotion du cinéma russe en France et du soutien à la distribution de films russes sur le marché français, le Festival s’est donné pour but de faire connaître la région normande aux Russes. En 2021, une séance spéciale a été consacrée au film « La Jetée de carton » réalisé avec le soutien du producteur de calvados Père Magloire. Malgré les circonstances actuelles, quand les relations entre la France et la Russie manquent parfois de sérénité, de plus en plus de firmes normandes montrent de l’intérêt pour un partenariat avec le Festival. Le Festival reste un endroit incontournable aussi bien pour les Français s’intéressant à la culture russe que pour ceux cherchant informations et contacts avec la Russie.

En 2022 aura lieu la 30ième édition du Festival du Cinéma Russe de Honfleur. Pour cet anniversaire, le Festival réunira du 22 au 27 novembre 2022 des réalisateurs et personnalités russes du cinéma qui viendront personnellement à la rencontre du public français et des cinéphiles. Dans une situation de l’exploitation cinématographique qui n’arrête pas de changer, le Festival continuera sa politique de mise en valeur du cinéma russe en France et de renforcement des liens culturels entre les deux pays. Le programme de ce Festival sera exceptionnellement riche. Le travail a déjà commencé. Soyez tous au rendez-vous.


*****